Mirage 2000D – 3-XD – ETD 2/7 – France – Armée de l’Air – 2016

Profil d’un Mirage 2000D de l’Armée de l’air. Cet appareil porte le code 3-XD et le numéro 630, il appartient à l’ETD 2/7 « Argonne ». La dérive porte sur le côté gauche l’insigne de la SPA 48 « Tête de coq » et sur le côté droit l’insigne de la SPA 31 « Archer romain ». La dérive comporte de chaque côté, neuf étoiles en hommage aux morts de la catastrophe du 26 janvier 2015. Cette unité est stationné sur la base de Nancy (BA 133 Nancy-Ochey) .

France – Armée de l’air
Unité : ETD 2/7 « Argonne », Escadron de Transformation des équipages de Mirage 2000D
Numéro : 630
Code : 3-XD
Base : BA 133 Nancy-Ochey
Date : Avril 2016

L’accident aérien de la base d’Albacete.

L’accident aérien de la base de Los Llanos a lieu le 26 janvier 2015, lorsqu’un avion de combat F-16 de la force aérienne grecque s’écrase au décollage de la base d’Albacete en Espagne, au cours d’un exercice aérien de l’OTAN. L’accident fait onze morts : les deux pilotes grecs de l’appareil ainsi que neuf aviateurs français tués au sol. Sa cause principale est une mauvaise compensation de l’avion avant le décollage, pourtant censée être vérifiée par le pilote grâce à la check-list de l’appareil.
Il s’agit du plus grave accident de l’histoire de l’OTAN en dehors d’une zone de conflit, et l’un des plus graves au sein de l’Armée de l’air française.

Déroulement de l’accident.

Le 26 janvier 2015 à 15 h 18, l’avion de chasse F-16D S/N 93-1084 du 341e escadron de la force aérienne grecque entame son décollage de l’unique piste de la base, avec deux pilotes grecs à son bord et ses réservoirs pleins3. L’appareil quitte la piste mais perd rapidement en puissance et vire nettement sur sa droite. Les deux pilotes s’éjectent, mais bien trop tard, avant que l’appareil ne s’écrase sur un parking en bord de piste. Deux Alpha Jet et deux Mirage 2000D français qui se préparaient au décollage sont détruits dans l’explosion. Deux Rafale B français et deux chasseurs AMX de l’aviation militaire italienne sont également endommagés.

Bilan humain.

Le bilan de l’accident fait état de onze morts : les deux pilotes grecs de l’appareil ainsi que neuf aviateurs français tués au sol, dont quatre officiers6 (trois personnels navigants et un officier mécanicien). Sept des morts français appartenaient à la base aérienne 133 de Nancy-Ochey en Meurthe-et-Moselle et un à la base aérienne 279 Châteaudun.

Source: Wikipédia.